Vie municipale
- Publié le 8 juillet 2021

Question du 5e au Conseil municipal : Lutte contre les groupuscules violents d’ultra-droite

Vignette

Nadine Georgel, Maire du 5e, a posé en conseil municipal le 8 juillet une question concernant la lutte contre les groupuscules violents d’ultra-droite.

Contenu

Monsieur le Maire Grégory Doucet,

Monsieur l’Adjoint Mohamed Chihi,

L’association d’ultra-droite Génération identitaire a été dissoute le 3 mars 2021 par un décret en Conseil des ministres. Cette dissolution sanctionne dix ans d’actions et de discours n’ayant d’autre finalité que l’incitation à la haine, à la discrimination, aux rejets des différences, et à la violence.

La décision du gouvernement a été confirmée par le Conseil d’Etat le 3 mai 2021, qui a souligné que « la dissolution de cette association est proportionnée à la gravité des risques pour l’ordre public et la sécurité publique résultant des activités de l’association ».

Nous nous réjouissons bien sûr de cette décision, qui était demandée depuis plusieurs années par un large spectre d’élus et d’organisations de Lyon, siège social de Génération identitaire et d’autres organisations similaires dans le passé.

Cependant, cette dissolution n’est qu’une première étape. Les habitants du Vieux Lyon, notamment ceux de la montée du Change, et les associations dont la Renaissance du Vieux Lyon, signalent toujours des réunions dans le local dit « La Traboule ». Des actions d’intimidations et des agressions ont également toujours lieu.

Les attentes des habitants du Vieux Lyon sont fortes et légitimes : elles expriment une volonté collective de défendre un quartier et son identité humaniste contre l’ambition délétère des identitaires d’en faire leur quartier général, leur base d’entrainement et de coordination, et une zone dans laquelle l’ostracisation et l’intimidation régiraient les rapports sociaux.

Leurs différentes provocations constituent encore une menace à la tranquillité publique au détriment des droits fondamentaux de non-discrimination, de liberté de circulation, de travail et de sécurité dans un quartier où vivent des personnes seules de tous âges et des familles de catégories sociales et d’origines diverses.

Le Vieux Lyon a été et continuera d’être un quartier cosmopolite, ouvert, et accueillant. Il a toujours été le lieu du partage, de l’échange, ainsi que du métissage des cultures, des idées et des personnes.

Le déconfinement a d’ailleurs vu le retour d’initiatives humanistes dans notre arrondissement, avec par exemple la première « Semaine des fiertés du 5e » mi-juin, ou encore « Vieux Lyon en humanité » début juillet.

Monsieur le Maire, Monsieur l’Adjoint, vous avez mis en place un « groupe de travail sur les extrêmes droites » auquel je participe en tant que maire du 5e arrondissement. La Ville de Lyon est donc bel et bien mobilisée sur cette question, pour permettre aux quartiers anciens de retrouver leur sérénité. Pouvez-vous nous indiquer les prochaines actions que la municipalité compte développer pour atteindre cet objectif ?

Contenu

 

Réponse de Mohamed Chihi :

Madame la Maire,

Mes chers collègues,

Je vous remercie pour cette question qui me permet de réaffirmer au nom de l’ensemble de l’exécutif notre volonté et notre engagement sans faille, dans la lutte contre les groupuscules violents de l’extrême droite.

Nous ne pouvons tolérer un fonctionnement des rapports sociaux qui fait appel à la haine, à la violence, qui incite aux discriminations et qui rejette toute différence.

Nous le savons tous, Lyon est profondément empreinte d’humanisme, c’est aussi une ville de carrefour, de mélange, de mixité, mais plusieurs facteurs ont conduit à un ancrage des groupuscules violents dans le quartier du Vieux Lyon.

Nous ne cesserons de combattre les idées véhiculées par ces groupuscules qui remettent en cause les droits les plus fondamentaux, et nous ne cesserons de combattre leurs pratiques qui provoquent d’importants troubles à la sécurité et à la tranquillité publique, troubles relatés par les commerçants, les habitants, les collectifs, et les services de police.

Tout comme vous Madame la Maire, je me réjouis de la décision prise le 3 mars 2021 en conseil des ministres de dissoudre génération identitaire après un peu moins de 10 années d’existence.

Nous le savons, ce n’est qu’une étape dans cette lutte qui est un travail de longue haleine. Les locaux restent eux ouverts à ce jour, n’abritant pas uniquement l’association qui n’a désormais plus d’existence juridique mais une myriade d’autres structures. Nous déplorons malgré tout cette ouverture, mais aujourd’hui ni la ville ni la Préfecture n’ont les moyens légaux pour forcer cette fermeture.

Nous ne nous résignons pas, bien au contraire, nous sommes plus que jamais déterminés à agir et à être réactif que ce soit sur le plan sécuritaire ou sur celui des idées et des valeurs.

Ces locaux continuent de jouer un rôle de base arrière, il nous faut donc être particulièrement vigilant à la fois pour empêcher les exactions et établir les preuves d’un usage détourné des locaux.

Aussi j’ai demandé à notre police municipale en lien étroit avec les forces de sécurité intérieure de maintenir une vigilance quotidienne renforcée avec des passages réguliers aux abords des locaux situés montée du change.

Nous ne pourrons à ce stade agir que s’il est constaté des troubles à l’ordre public ou des faits de violences. Les simples allées et venues dans le local ne constituent pas en soi une infraction et un motif d’intervention des services de police.

Mais il nous parait essentiel de maintenir ce dispositif de surveillance, couplé à la vidéo protection.

Et les premiers résultats sont là. Le 19 mai, deux individus repérés comme étant des « identitaires » et impliqués dans des violences quai Romain Rolland sur un groupe de 4 autres personnes ont été interpellés, avec une convocation au tribunal en date du 9 septembre 2021.

J’en profite pour remercier tous les acteurs, police nationale, police municipale, opérateurs du CSU, pour leur mobilisation afin d’offrir aux habitants, commerçants, touristes, et usagers de l’espace public un quartier agréable à vivre et à découvrir.

Combattre les idées prônées par les groupuscules, c’est aussi s’inscrire dans la continuité des actions menées au travers d’un agenda positif.

Madame la Maire, vous avez cité « Vieux Lyon en humanité » qui s’est déroulé du 26 juin au 3 juillet. Cet événement, désormais incontournable est le festival annuel des initiatives associatives, culturelles, éducatives, institutionnelles et humanistes du Vieux-Lyon. Il traduit la volonté des habitants qui ne soutiennent pas l’ultra droite.

Malgré la crise sanitaire, je suis heureux qu’ils aient pu proposer un programme et cela témoigne bien de cette envie locale.

Nous remercions les associations impliquées et nous sommes fiers de pouvoir soutenir cette initiative qui rassemble plus de 30 événements artistiques et citoyens.

Dans les années à venir nous comptons travailler en étroit partenariat pour l’élargissement du programme et une définition de thématiques autour de nos valeurs communes : diversité, ouverture au monde, fraternité, solidarité, respect de l’autre, …

L’agenda positif c’est aussi, comme vous l’avez évoqué, la première édition de la semaine des fiertés, portée par la Mairie du 5ème arrondissement, qui s’est déroulée du 11 au 18 juin. Un rendez-vous annuel collaboratif et participatif pour échanger sur les thématiques de l’égalité et de la lutte contre les discriminations contre les personnes LGBTQIA+.

Il est essentiel que nous portions tous ensemble cette parole forte, d’ouverture, de non-violence, de non stigmatisation, de mélange des idées, des cultures et des personnes, qui sont des marqueurs forts du Vieux Lyon.

Actions de sécurité, incitation au dépôt de plainte, respect de la réglementation, agenda positif, détagage, nettoyage systématique des inscriptions et des affiches qui sont clairement la marque des groupuscules extrémistes, autant de moyens de lutter contre ces mouvances d’extrême droite.

Bien conscient des enjeux de cette lutte, nous avons souhaité mettre en place dès notre arrivée en fonction, un comité qui réunit plusieurs adjoints centraux particulièrement concernés par cette thématique, et vous Madame la maire du 5e arr. Nous avons eu en juin un premier échange avec le Collectif « fermons les locaux fascistes » et des représentantes du Planning Familial, ainsi qu’avec un universitaire pour approfondir notre appréhension du sujet.

Ce comité a vocation à se réunir de nouveau, avec des spécialistes des questions d’extrême droite, ce qui nous permettra de dresser un état des lieux précis du sujet et de développer un plan d’actions avec la Préfecture.

Comme vous pouvez le constater, Madame la maire, nous sommes aujourd’hui, plus que jamais, ensemble, engagés sur le front de la lutte contre les groupuscules violents d’extrême droite. Nous utilisons toutes les ressources à notre disposition pour que la tradition humaniste de Lyon perdure et gomme les appels à la violence, sans laisser se banaliser un discours de haine.

Mes chers collègues

Je souhaite ajouter quelques mots au sujet d’une situation qui ne concerne pas le 5ème arrondissement mais qui nous préoccupe sérieusement.

Une rixe inquiétante rue de la monnaie et rue mercière s’est déroulée le lundi 28 juin au soir des 8eme de final de l’Euro de football provoquant d’importants mouvements de foule, des échanges de coups et de nombreuses dégradations. Cette attaque a été revendiquée par l’extrême droite. Nous attendons avec impatience les résultats de l’enquête actuellement en cours.

Je vous remercie

Bloc recherche - Actualités