Histoire des mairies du 5e

Visuel détail
Vignette
Accroche détaillée

Le 5ème arrondissement a la particularité d'avoir deux mairies, ayant chacune leur propre histoire.

Contenu
Contenu

La mairie annexe du Vieux Lyon

L’histoire de la mairie annexe du Vieux Lyon débute au XVIIe siècle, avec l’installation, à son emplacement, d’un petit collège d’enseignement appartenant à des jésuites.
En 1726, le collège devenu insalubre est totalement reconstruit. Pour accueillir le nouveau bâtiment, il fallut démolir quelques maisons alentours. Les travaux durèrent 8 années, ré ouvrant qu’en 1734.

Le 24 mars 1852 le 5ème arrondissement de Lyon est créé suite au rattachement de Lyon à la Croix-Rousse, Vaise et Guillotière. La mairie est alors installée dans l’ancienne auberge du Chapeau Rouge à Vaise, en attendant que les travaux d’aménagement du Petit Collège soient terminés.

En 1870, elle s’y installe. Cependant, elle n’est pas seule à occuper ce bâtiment, partageant le deuxième étage avec la faculté de théologie et la justice de paix du 6ème canton.
Quant au rez-de-chaussée, il était occupé par l’église et ses dépendances ainsi que deux appartements loués. Le 1er étage comprenait le poste de police municipale, le logement du concierge de la faculté de théologie, la chambre du concierge (Petit Collège) et un appartement de location, la bibliothèque populaire du 5e qui était installée dans la salle de la terrasse.
L’aile principale du troisième étage était occupée par la justice de la paix (donc sur deux niveaux), deux logements de garçons, l’inspection des convois funèbres et l’œuvre du travail de Marie. Le reste comprenait la faculté de théologie (l’aile du Garillan) et une école de fille (salle de la Crèche). Pour finir, le 4ème étage était occupé par l’école municipale de dessin et de modelage ainsi qu’une école de garçons près du Garillan.
Ces différents services quittèrent le Petit collège progressivement, parfois tardivement, comme la justice de paix qui s’en alla qu’en 1977 dans le 3èeme arrondissement, rue Servient.

Peu après 1905, la mairie occupa les deux niveaux en façade de la place du petit Collège, le 1er étage étant pour les salles de l’état-civil et les services généraux ; le second, pour la salle des mariages avec salle d’attente, le bureau des adjoints et le secrétariat des élus. Suite à un projet proposé en 1894, le deuxième étage comprenait également une école qui quitta les lieux en 1931, date de l’ouverture du groupe scolaire de la place St Paul.

En 1977, la mairie est transférée sur la colline du Point du Jour, devenant une mairie annexe. Elle propose toujours certains services et accueil certaines associations comme le foyer restaurant et le club des anciens. Elle accueille aussi des événements tels le festival de musique de Lyon ou le Marché de la création, mais aussi des enseignements, fidèle à son passé, avec l’école d’arts appliqués, et 3 salles d’exposition ou de réunion.

 


La mairie principale


L’actuelle mairie, situé au 14 rue Edmond Locard, anciennement rue des massues à également sa propre histoire.
Au XVIe siècle, les terrains sur lesquels elle se trouve sont de simples prés avec quelques vignes et maisons. Son histoire débute en 1866, date de sa construction par M. Rey du Mouchet qui aménage également le parc. C’est une maison bourgeoise de type napoléonienne. On peut encore voir ses initiales apposées sous le fronton de l’édifice.

Elle devient, en 1911, la propriété de M. Badieu, qui est alors le voisin de cette propriété. Il l’a surnom la « Villa Marie » que l’on appelle aussi « Le Château », évoquant une demeure luxueuse : un bel escalier menait à un grand hall décoré de mosaïques, de cristaux et de miroirs latéraux. A gauche, se situait la grande salle à manger qui arborait de somptueux meubles et lustres de cristal à pendeloques. A droite de l’entrée, se trouvait un luxueux salon. On accédait aux étages, par un superbe escalier, où se trouvent les chambres à coucher, la salle d’eau,. Les cuisines se situaient au rez-de-chaussée, ainsi que la lingerie et les salles de jeux. Le parc était appelé « Salle d’Ombrages » où se trouvaient des prés, des ruches mais aussi des cèdres argentés du Liban, des rosiers du Bengale,… .
Ce « Château » est revendu en 1924, à M. Pierre Collet qui l’a rebaptise « Les Cyclamens », fleurs préférées de sa femme.

En 1960, la propriété est achetée par le Pères du Sacré-Cœur (Association Beauregard). Ils y installent leur séminaire et leur noviciat. De nouveaux bâtiments sont également construits à l’arrière de la maison, aujourd’hui, ce sont les bâtiments de la Fonction Publique territoriale.

Désertée par les séminaristes, les lieux sont sauvés en 1975 par le conseil municipal alors qu’un lotissement de 120 maisons était prévu. Cet achat de 7 millions de francs répond à l’urbanisation des quartiers du Point du Jour, de Ménival et de Champvert, qui implique, en 1979, le transfert de la mairie du Vieux Lyon sur le plateau. C’est une position idéale, centrale, pour une mairie qui se veut plus proche de ses administrés.
Ainsi, par délibération, la Ville de Lyon, décide de l’acquisition de l’ensemble de la propriété le 12 décembre 1977 et sera effective le 11 mai 1978.
La future mairie subie alors des travaux de rénovation, s’élevant à 1 700 00 frs, pour en faire une « Maison commune ». En octobre 1980, elle fut entièrement opérationnelle. La mairie est alors équipée et répond au besoin de tous (accès handicapés, bureaux d’aide sociale, des adjoints et des élections, locaux pour les réunions d’associations).

En 1990, on construit un bâtiment dans le parc qui sera le centre de gestion de la Fonction Publique du Rhône.