Education
- Publié le 8 juillet 2021

Rue des enfants : un espace de création

Crédit photo : Muriel Chaulet

Pour finir l'année en beauté, les élèves de 5 écoles lyonnaises, accompagnés par 5 artistes en partenariat avec le MAC de Lyon, ont eu l'opportunité de créer des oeuvres collectives éphémères dans la rue piétonnisée devant leur école. L'occasion pour les enfants de se réapproprier l'espace public dans une ambiance apaisée et créative. Rencontre avec les écoliers de Gerson (Lyon 5e).

Contenu

Pour faire plus de place aux enfants, la Ville de Lyon a engagé une mesure centrale : celle de l’apaisement des abords des écoles et des crèches, notamment avec la sécurisation et la piétonnisation des espaces publics. L’objectif est de permettre aux enfants de se réapproprier leur ville grâce à la pratique artistique notamment.

Dans le cadre du projet Rue des enfants, la Ville s’est ainsi associée au Musée d’Art Contemporain de Lyon pour programmer des interventions dans plusieurs écoles. 5 écoles primaires ont ainsi réalisé une œuvre participative pilotée par un artiste pour terminer l’année scolaire sur un geste artistique collectif.

A la découverte du projet de l'école Jean Gerson avec l'artiste Tania Rodriguez

Sagement assis sur les marches devant l’école Jean Gerson, les élèves de CE1 et CE2 écoutent attentivement les instructions données par leur enseignante Anne-Laure Bert et par Tania Rodriguez, jeune artiste d'origine mexico-équatorienne. Tout le monde a son rôle à jouer, l'espace piétonnisé s'offre à eux pour concrétiser leur projet artistique.

L'objectif est de créer une ambiance propice à l’introspection et à la méditation pour amener les enfants à se souvenir et faire appel à leur intuition. Cette œuvre éphémère est le fruit de 5 séances de travail, au cours desquelles les écoliers ont choisi les sujets comme l’énergie, les connexions entre les différents composants cosmiques, la biologie, les atomes, l’ADN... Avec pour référence la culture animiste mexicaine basée sur un rapport mystique à la nature et au vivant. Ils ont pu exprimer leurs émotions dans des dessins préparatoires. Un élément de chaque dessin composera la fresque finale pour former un tout, à l’image de la philosophie du projet, en référence au cosmos.
Ils ont aussi confectionné des "Ojos de dios". Au Mexique, cet objet artisanal en forme de losange tissé de fils de laine protège les nouveaux-nés jusqu’à leur 5 ans (représentation des 5 points cardinaux, nord, sud, est, ouest et centre). Comme les autres, Arthur est fier de son travail : "Tu veux que je t'explique comment on fait ? On a pas besoin de beaucoup de matériel, que 2 bâtons de même taille et de la laine." Ils seront tous installés sur les grilles de l'école.

Nouvelle étape, la réalisation de la fresque au sol. Tania dessine les contours, les enfants appliquent les couleurs. L’œuvre prend petit à petit forme. Bombes de pigments à la main, bleu cobalt, rose indien, vert pomme..., ils transforment le gris du bitume en paysage onirique.

Tania Rodriguez a emmené avec elle les enfants dans son univers artistique influencé par la culture latino-américaine. "Ça les ouvre à d'autres cultures, à d'autres réalités. C'est hyper intéressant", témoigne Bertrand, le papa de Célestine.

Pour les élèves, cette expérience n’a pas été uniquement créative, mais également un voyage initiatique et méditatif. "Les réflexions et les dessins des enfants ont nourri et inspiré ma démarche. Ils sont très réceptifs et créatifs", précise l'artiste.

Les œuvres éphémères des 5 projets artistiques sont à retrouver sur sites jusqu’au 11 juillet, et en photo ci-dessous.

 

Colonne de droite 1

découvrir les projets

David Wolle
A l’école Robert Doisneau (Lyon 1er), David Wolle sensibilise les élèves CM1 et CM2 à la topologie de leur quartier, et à la situation de leur école au pied des pentes. C’est l’eau qui a été le vecteur de leur réflexion : les pentes de la croix rousse permettent à l’eau de s’écouler vers la Saône, élément naturel très présent même s’il n’est pas visible depuis l’école.

Jenny Feal
A l’école Harmonie Rebatel (Lyon 3e), el'artiste propose de valoriser le lien entre les deux parties de l’école, qui est rendu visible par une passerelle surélevée. Dans cette même idée du lien elle propose aux élèves de CM1 de connecter les deux espaces vertical et horizontal avec des motifs naturels qu’ils rencontrent sur leur chemin en ville.

Julie DIGARD
Le projet réalisé à l’école Jean de La Fontaine (Lyon 4e) est une composition de formes conçues avec les élèves de CM2, qui mettent en valeur les plantations de pied de mur : les enfants créent des "maisons-cabanes" de couleurs vives pour ces plantes.

Tania Rodriguez
L'artiste a demandé aux élèves de CE1 et CE2 de l’école Jean Gerson quels sujets peuvent être présentés dans l’environnement de l’école. Ils ont choisi ensemble les sujets de l’énergie, des connexions, des nœuds, de la biologie, des multi univers.

Lucy Watts
Son projet à l’école Jean Mermoz, Lucy Watts sensibilise naturellement les élèves en classe de CE2 aux possibilités offertes par l’impression sur papier. En plusieurs ateliers de pratique, ils composent un papier peint géant, recouvert de sérigraphies réalisées par les enfants qui enchaînent leurs motifs à la manière d’un cadavre exquis

Bloc recherche - Actualités

En images